Suicide manqué mais homicide perpétré, la voiture est une arme mais sans cran de sécurité

Sept-Sorts: une horrible scène de violence  avec une berline inutilement puissante utilisée comme arme par destination. Une fille de 12 ans est morte, son père est dans un état critique, un autre enfant de 3 ans est entre la vie et la mort, 11 autres personnes sont blessées.

La voiture peut devenir une arme mais elle ne possède pas de cran d’arrêt, il suffit de viser la cible et d’enfoncer  la pédale d’accélérateur comme la queue de détente d’une arme à feu, aucun dispositif pour l’en empêcher.

Pourtant les dispositifs existent mais les constructeurs automobiles refusent obstinément de les installer car ce ne serait pas bon pour leur business: vendre des véhicules inutilement puissants et rapides est bien plus rémunérateur, l’image de la puissance est bien plus vendeuse et attirante que la sécurité pépère et gnangnan.

Le Lavia, Limiteur Automatique de VItesse Autorisée a été conçu en 2002, éprouvé en 2006 promis d’être installé en 2012 par Sarkozy mais nous attendons toujours. Avec un LAVIA non débridable la voiture n’aurait pas pu dépasser 50 km/h. L’énergie cinétique dépend du carré de la vitesse (la vitesse multipliée par elle-même dans la formule 1/2 mv2) , ainsi 70 km/h cela provoque 2 fois plus d’énergie que 50 km/h, 100 km/h 4 fois plus d’énergie, 150 km/h 9 fois plus d’énergie. Une petite Clio limitée à 50 km/h aurait fait beaucoup moins de dégâts.

L’éthylotest anti-démarrage (EAD) est efficace, il permet d’éviter la récidive dans de très nombreux cas. Le conducteur avait déjà été condamné pour conduite en téta alcoolique. L’alcool, la drogue la plus répandue, multiplie l’agressivité tout en dégradant fortement les facultés reste la seconde cause de mortalité routière depuis 50 ans, environ 30% des accidents mortels, un taux stable qui démontre que la politique de lutte est inefficace. Nous pouvons imaginer qu’il est possible d’imaginer des dispositifs pour détecter les effets des stupéfiants (caméras pour mesurer la dilatation des pupilles par exemple et des mouvements erratiques des yeux) pour empêcher le démarrage du véhicule. Les techniques existent adaptons-les, elles sont très peu onéreuses, qu’attend-on? (l’idée de la caméra était déjà évoquée il y a 10 ans chez Toyota lien vers l’article dans Le Monde)

La boîte accidentologique qui enregistre 30 secondes avant et après l’accident permet aux enquêteurs d’avoir tous les paramètres de l’accident, cela accélère fortement les enquêtes et permet d’établir beaucoup plus facilement les responsabilités. Si le dispositif n’empêche pas physiquement la voiture de fonctionner comme une arme, la détermination des responsabilités est une épée de Damoclès pour le conducteur. Le frein est moral mais efficace. Toutes les voitures américaines en sont équipées mais pour protéger les constructeurs des actions en justice quand les conducteurs les mettent en cause après un accident.

Combien d’années faudra-t-il attendre pour imposer des crans de sécurité sur les armes par destination que constituent les voitures?

Hervé Dizy

print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »