Non il ne s’agit pas de privatiser les flashs des radars, c’est la privatisation du déplacement des radars

Soyons pragmatiques concernant l’utilisation de personnel d’une société privée pour remplacer les effectifs policiers dévolus aux contrôles routiers.

Il ne s’agit pas de privatisation des contrôles de vitesse comme le titre les médias mal informés, le contrôle reste sous le contrôle et la responsabilité de l’Etat, il s’agit ici de privatiser le déplacement du dispositif de contrôle.

Les dispositifs de contrôles sont maintenant complètement automatisés et géolocalisés, aucun réglage n’est demandé, aucune expertise n’est nécessaire pour les utiliser, aucune assermentation n’est plus impérative, l’appareil est autonome, il n’est plus besoin que de le changer de place car il ne se déplace pas seul. A-t-on besoin de payer des agents assermentés pour procéder aux contrôles avec ces appareils de nouvelle génération? C’est du gaspillage de temps de policier.

La société privée ne s’occupe en aucune façon du processus de contrôle, ni de la verbalisation. Que le dispositif flashe ou ne flashe pas ne la concerne pas, tout ce qui importe pour elle est d’avoir transporté les dispositifs selon des ordres donnés par un agent de l’état. Au lieu d’avoir des radars mobiles sous utilisés par manque de personnel policier ou de carburant (un radar embarqué dans un véhicule n’est utilisé qu’une heure par jour environ), le matériel de contrôle sera utilisé au mieux, c’est un coup d’arrêt au gaspillage en quelque sorte. Si vous achetez une alarme contre les cambrioleurs, vous ne voudriez pas qu’elle ne fonctionne qu’une heure par jour. Si les radars sont moins efficaces c’est aussi qu’ils sont mal utilisés. Quand certains détracteurs désinforment, ils évoquent l’augmentation du nombre de radars sans jamais parler de leur temps d’utilisation. De même ils oublient de dire que les contrôles policiers sont systématiquement signalés sur les avertisseurs communautaires de radars, les applis comme Waze sur téléphones, etc. Au bout de 10 mn le contrôle n’est plus efficace contre les chauffards équipés, à quoi bon.

Rendre inutile les avertisseurs communautaires avec des voitures banalisés non identifiables, du personnel plus discret, plus présent relève de la rationalisation de l’utilisation des radars. Il ne s’agit pas de piéger les conducteurs puisqu’il suffit de respecter les limitations et les obligations pour ne pas être verbalisé. Ne pas respecter celles-ci c’est se mettre en danger et surtout mettre en danger les autres usagers de la route. Ne pas respecter les limitations c’est aussi polluer plus, faire plus de bruit, c’est ne pas respecter la santé et la quiétude des riverains des routes. C’est de l’égoïsme et du mépris de la vie des autres.

Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb assure pour sa part que la verbalisation des automobilistes en excès de vitesse « restera de la compétence des policiers » et que les sociétés extérieures « seront rémunérées au forfait et pas en fonction du nombre de procès-verbaux».

Quant à l’argument de remplir les caisses de l’état, il est mal venu. Si les PV font entrer dans les caisses de l’Etat des centaines de millions, l’insécurité routière coûte 50 milliards d’euros à notre nation. Les détracteurs désinformateurs pointent la partie consacrée au remboursement des dettes de la nation mais tous les ministères sont obligés de contribuer au remboursement des dettes de notre pays, nous aurions beaucoup moins de dettes si n’avions plus ces 50 milliards de gaspillage. Comme nous aurions moins de dettes si le tabac ne nous coûtait pas 120 milliards d’euros chaque année et de même pour l’alcool. C’est comme si ces détracteurs ne voyait que la paille dans l’oeil électronique du radar et ne voient pas la poutre qu’ils ont dans leurs yeux.

Au final, le but recherché est de ne plus avoir de contrevenant, plus de flash; à l’inverse, plus il y a de flashs, plus cela montre que les radars n’ont pas rempli leur mission de faire respecter les limitations et les obligations. Ce sont les mêmes qui veulent éliminer les radars en proclamant leur inutilité et qui s’équipent de contre mesure qui empêchent les radars de remplir leurs rôles. Quand il n’y a pas de contre mesure, le radar est efficace et permet de réduire fortement la mortalité routière comme cela a été démontré entre 2003 et 2008. Ce sont les manoeuvres des lobbies vroum vroum qui ont rendu le système moins efficaces (comme la récupération plus rapide des points de permis perdus qui a affaibli fortement la sanction de la perte de points).

S’il n’y avait plus de flash, l’état économiserait beaucoup que ne rapportent les contraventions. Par contre la diminution des vitesses ferait baisser la consommation de carburant, donc le produit considérable des taxes sur les carburants, 16 milliards d’euros. Réduire de 10% la consommation en réduisant les vitesses coûte à l’état la perte de 1,6 milliards d’euros. S’il faut dénoncer un racket de l’état, c’est celui-là car tout les conducteurs le paient, même ceux qui respectent les limitations. Ceux qui ne les respectent pas paient encore plus de taxes sans avoir besoin des radars.    

print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »