Cannabis : Un seul joint suffit pour affecter la conduite pendant 13 heures

Pour la première fois, une étude a analysé les effets du cannabis sur la conduite dans la vie réelle. Ses résultats viennent d’être publiés dans la revue « Clinical Chemistry ».

 Par Géraldine Woessner

Publié le  | Le Point.fr

lire l’article du Point

« C’étaient des joints de qualité », précise Jean-Claude Alvarez, chef de service du laboratoire de pharmacologie-toxicologie du CHU de Garches, à l’origine de l’étude. On l’espère : pour mesurer les effets du cannabis, les recherches en conditions réelles sont rarissimes. Pour cette étude française VIGICANN, les chercheurs ont pris le risque de donner à leurs cobayes de vrais joints, fumés comme dans la vraie vie, avant de tester leur vigilance psychomotrice et leurs performances de conduite sur la durée.

Quinze fumeurs « réguliers », fumant un à deux joints par jour, et quinze fumeurs « occasionnels », s’en autorisant un à deux par semaine, ont été sélectionnés, tous des hommes âgés de 18 à 34 ans. « L’idée était d’éviter les situations excessives, en se rapprochant le plus possible de la vie réelle », explique Jean-Claude Alvarez. Les chercheurs ont mesuré leur taux de THC, avant et après consommation, à la fois grâce au test salivaire utilisé par les forces de l’ordre lors des contrôles routiers, et par prélèvement sanguin. Ils ont également analysé leurs performances au volant.

 

Alors que les effets du cannabis sur la conduite sont encore mal connus, les résultats sont riches d’enseignement.

Un temps de réaction allongé de 17 % à 20 %

Que l’on soit fumeur chronique ou occasionnel, les effets du cannabis sur la conduite sont réels, et importants : le temps de réaction des cobayes, après avoir fumé, est allongé de 17 % à 20 %. « Dans le contexte de la conduite, c’est une éternité. » Mais surtout, les effets de la drogue sont plus prononcés et durent plus longtemps chez le fumeur occasionnel que chez le fumeur régulier. Alors qu’ils s’estompent au bout de huit heures chez les seconds, ils persistent pendant treize heures chez les fumeurs du dimanche, même s’ils n’ont pas le sentiment d’être toujours sous emprise. « Le temps de réaction reste plus long, la trajectoire centrale est différente, et la conduite modifiée », souligne Jean-Claude Alvarez.

 

Or s’il est interdit de consommer, de posséder ou de produire du cannabis en France, et que son usage est impliqué dans 14 % des accidents mortels de la route, son impact sur la conduite reste largement ignoré, notamment des jeunes et des fumeurs occasionnels : ces cinq millions de Français qui ont fumé, selon des statistiques récentes, du cannabis dans l’année.

Depuis 2017, la lutte s’est renforcée avec la possibilité offerte aux policiers et gendarmes d’effectuer des tests salivaires au bord de la route, sans cause préalable, c’est-à-dire en l’absence d’infraction. Un autre volet de l’étude, qui sera bientôt publié, montre que ces tests, parfois décriés, sont relativement fiables, au moins dans les premières heures suivant la prise de stupéfiants. leurs résultats confirment alors ceux des analyses sanguines. « Mais cinq heures après que les gens ont fumé un joint, on n’en détecte plus que la moitié, et plus aucun au bout de huit heures », tempère Jean-Claude Alvarez… Alors que les effets de la drogue, eux, se font encore ressentir.

http://violenceroutiere5962.org/w/alcool/comment-les-drogues-detraquent-notre-cerveau/

print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »