80 km/h: en parlant de pragmatisme,le président Macron fait le jeu de ceux qui répandent des infox au prix de centaines de morts

Le Président Macron parle d’aménager la mesure du 80 km/h au nom du « pragmatisme » sous la pression des gilets jaunes et d’élus locaux qui affirment que leur connaissance du terrain leur permet de déterminer la limitation optimale de la vitesse autorisée. En juin 2018, le JDD publiait une étude menée par le Professeur Claude Got à la demande de la Ligue contre la violence routière, celle-ci montre qu’au niveau national 15% de longueur de routes sans séparateur médian concentrent 50% des accidents mortels, avec des cas particulier comme l’Aveyron où 7% de la longueur des routes concentrent 53% des morts. Les statistiques ne mentent pas, par contre le ressenti du danger est trompeur: ce sont les « belles routes » sur lesquelles on meurt le plus car, paradoxalement, le sentiment de sécurité incite à prendre des risques en roulant plus vite, en dépassant plus dangereusement. Pourquoi a-t-il fallu attendre cette étude opérée par des bénévoles associatifs pour constater cela? Pourquoi les élus locaux se prétendant experts ne le savaient-ils pas? Parler d’acceptabilité d’une mesure qui sauve des vies, c’est de la démagogie mortifère. La réussite du 80 est indiscutable. 245 tués en moins de novembre 2017 à novembre 2018 : c’est un bilan qui a prouvé l’efficacité de l’annonce en décembre 2017 de la décision. Le président Macron fait le jeu de ceux qui propagent des infox comme 40 millions d’automobilistes qui a diffusé une étude complètement bidonnée par un comité de prétendus experts prétendument indépendants.

Hervé Dizy

Président de la Ligue contre la violence routière Nord Pas-de-Calais.

print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »