Les automobilistes, plus agressifs lorsqu’ils possèdent une grosse voiture

À peine la clef de contact insérée, certaines personnes se métamorphosent en personnage agressif, grossier, et intolérant au volant. Une attitude qui, selon une étude, dépendrait de la taille…de la voiture que l’on conduit.

Les conducteurs adopteraient des comportements bien différents au volant d’une Twingo qu’un SUV.
Si vous êtes un automobiliste régulier, il est sans doute déjà arrivé que vous caliez ou ne démarriez pas directement lors du passage au vert d’un feu de signalisation. Par distraction ou tout simplement par maladresse. Un fait anodin qui s’accompagne souvent de bons coups de klaxon répétés en provenance du véhicule que vous précédez, voire d’insultes et de gestes déplacés d’automobilistes sans doute un peu trop pressés.

Un phénomène pas si rare que cela sur nos routes : une étude, réalisée en 2018 pour le compte de la Fondation Vinci Autoroutes et reprise dans le dernier rapport de l’Institut Vias sur l’agressivité au volant, révélait que 80 % des Européens craignaient la colère exprimée par un tiers… et que 54 % des automobilistes avaient également admis proférer des insultes à l’encontre d’autres conducteurs en cas de situation de conflit de circulation.

Une étude autrichienne datant de 2017 avait également mis en lumière que l’utilisation du klaxon était pointée comme l’un des comportements les plus fréquemment considérés comme agressifs dans le trafic routier.

Ce que l’on sait moins, c’est que la taille du véhicule pourrait avoir un lien avec l’agressivité au volant. Ainsi, plus on se sent en sécurité dans sa voiture, plus on se montrerait agressif.

Par le passé, des études avaient ainsi démontré que les automobilistes, coincés à un feu vert derrière un autre conducteur, avaient davantage tendance à klaxonner si leur véhicule était plus gros ou si la voiture de l’autre conducteur témoignait d’un plus faible statut socio-économique. En clair, plus on en a une grosse, plus on deviendrait confiant et agressif… « Ces résultats suggèrent que l’impatience des usagers de la route n’est pas seulement liée au comportement du véhicule mais également aux caractéristiques socio-économiques supposées, précise le rapport de l’Institut Vias. De façon générale, il semble que l’agressivité au volant s’exerce d’autant plus volontiers que l’agresseur se sent plus puissant que l’agressé. »

Un constat qui s’exerce aussi en mouvement. On aurait ainsi plus tendance à forcer une priorité avec un SUV qu’avec une Twingo.

Pas qu’un simple détail : une étude de l’Institut Vias (2017) a permis de révéler que les automobilistes agressifs étaient près de deux fois plus impliqués dans les accidents que des conducteurs courtois.

Quelques règles de courtoisies à adopter quand on est au volant :

1. Maintenir une distance de sécurité

Lorsque vous êtes collés aux autres véhicules, vous ne pouvez pas anticiper leurs réactions. Non seulement, vous risquez l’accident, mais en plus, il suffit d’un petit coup de volant imprévu pour vous faire piller sur vos freins au dernier moment…. et faire monter la colère en vous.

2. Respecter les autres conducteurs

Dites-vous que la route ne vous appartient et que parmi les conducteurs qui s’y pressent, tout le monde n’a pas le même nombre d’heures au compteur. Certaines personnes sont en apprentissage, d’autres ne connaissent pas les lieux, et d’autres ne sont simplement pas à l’aise au volant d’une voiture. Klaxonner ne résoudra rien, si ce n’est de les stresser encore plus. 

3. Restez concentré

Un message, un appel ou Waze qui signale un accident suffise à nous déconcentrer. En détachant votre regard de la route, vous n’êtes plus attentifs à ce qu’il se passe autour de vous, résultat, vous êtes plus propices à vous énervé au moindre faux-pas de vos voisins de route.

print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »