Depuis 1973, ce sont les mêmes arguments fallacieux qui sont opposés aux mesures de sécurité routière

45 ans depuis les premières mesures pour lutter contre la violence routière. La résistance s’abreuve des mêmes arguments aux sources de la mauvaise foi, de la prétendue perte des libertés individuelles, des convictions tirées des impressions toutes personnelles, du refus de considérer les démonstrations scientifiques ou les statistiques. Le personnel politique qui a le sens des responsabilités doit savoir prendre des mesures impopulaires. L’avenir leur donne raison quand le nombre de morts a été divisé par 5 alors que le nombre de véhicules et le nombre de kilomètres parcourus a fortement augmenté.

Imprimer cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »