Suppression du permis à points: dangers mortels et aggravation des inégalités

Avec le Contrôle Sanction Automatique, les radars automatiques, le permis à points (1992) a fait chuter par deux la mortalité entre 2002 et 2008 car son action préventive a été renforcée par la systématisation des contrôles et des sanctions. Il faut être particulièrement cynique et dénué d’empathie pour proposer son abolition quand on sait qu’il a permis d’épargner des dizaines de milliers de vies. Les familles et les amis des victimes sont scandalisées par cette proposition car elles ne doivent pas comprendre que Zemmour veuillent faire vivre à d’autres familles les drames qu’elles ont vécus.

Riche ou pauvre, nous avons 12 points (6 pour les nouveaux conducteurs), c’est donc un outil de prévention égalitaire conspué par les privilégiés pour lesquels une amende de 90 ou 135€ n’est pas dissuasive car négligeable pour leur fortune.

La suppression du permis à points c’est plus que de la démagogie, cela renforce les inégalités et, comme le coût de l’insécurité routière est d’environ 40 milliards d’euro, chaque % d’augmentation de la mortalité correspond à 400 millions d’euros de coûts pour notre nation. Si la suppression avait lieu, en plus des milliers de vies perdues ou brisées par le handicap, 60% d’augmentation par exemple, ce serait gaspiller 2% de notre PIB, soit environ le budget de l’éducation Nationale.

print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Translate »