Les preuves que la limitation de vitesse à 30 km/h fait consommer moins, polluer moins, dépenser moins

Le lobby de la vitesse a encore répandu un mensonge concernant la limitation de vitesse à 30 km/h qui causerait plus de pollution.

A l’heure de l’augmentation importante des prix des carburants, il est possible de réduire d’au moins 25% la facture de carburant simplement en réduisant de 20 km/h les limitations de vitesse. Il est vain de lever le poing contre le gouvernement quand il est plus efficace de lever le pied de l’accélérateur.

L’association fantôme 40 Millions d’Automobilistes (40MA) qui n’est en fait que la succursale de l’Automobile Club qui l’utilise comme faux nez, avait déjà, entre autres, bidonné une étude danoise pour faire croire que le 80 km/h est plus dangereux que le 90 km/h. L’ambassade du Danemark avait publié un démenti. Cette fois-ci les falsificateurs ont utilisé une étude du CEREMA en confondant la VMA (Vitesse Maximale Autorisée) et la vitesse moyenne d’un régime moteur constant dans une condition expérimentale tout à fait irréalisable dans la réalité de tous les jours.

Voici le graphique du CEREMA à l’origine de la falsification

 

 

Les chaînes d’opinions en quête de sensationnel ont sauté à pieds joints dans la fange de l’escroquerie intellectuelle en attisant la hargne contre une mesure impopulaire car mal comprise.

La falsification n’a pas tardé à être dévoilée tant elle était grossière mais les chaînes d’opinions ont été très timides dans leurs démentis, elles ont lâchement expliqué qu’on ne pouvait pas dire si la limitation faisait consommer plus ou moins. Encore du journalisme bâclé, une absence totale de recherches et d’investigation, les commentateurs qui préfèrent gober naïvement ce que les lobbyistes leur servent ne sont pas de vrais journalistes.

Pourtant des études britanniques sont formelles la limitation de vitesse à 20 mph (32 km/h) permet de polluer moins.

Il y a déjà les lois physiques de la mécanique, l’énergie cinétique se calcule avec la formule E=1/2 M x V x V.

La vitesse est multipliée à elle même, ainsi si 30 x 30 = 900  et 50 x 50 = 2500,

alors E (50 km/h) = 2500 / 900  E (30 km/h) soit 2,78.

Les britanniques utilisant les miles, les limitations de vitesses sont 20 mph (32 km/h) et 30 mph (48 km/h), ils font le calcul 20 x 20 = 400, 30 x 30 = 900, le rapport est 900 / 400 soit 2,25.

Nous pouvons majorer un peu les résultats de l’étude britannique.

 

Skyrad a quantifié ce que j’écrivais dans l’article  lutte contre la désinformation: Non le 30 km/h en ville ne pollue pas plus, au contraire

Les pointes de vitesse à 50 km/h augmentent sensiblement les émissions de CO2 et de dioxydes d’azote avec un impact faible sur le temps de trajet. Ce sont les accélérations fréquentes qui sont responsables du plus gros de la consommation.

Le résultat est accablant pour le 50 km/h car la limitation à 30 km/h réduit d’au moins 61% les émissions des polluants.

 

 

 

 

 

 

 

Skyrad a ensuite produit des courbes où l’on peut voir que le minimum de pollution est atteint un peu avant 20 mph soit exactement 30 km/h!!!!

 

 

La courbe montre que la limitation de vitesse à 30 km/h permet de réduire de 27% les émissions de CO2. La consommation de carburant étant proportionnelle au CO2, nous pouvons donc conclure que la 30 km/h permet une économie de 27% du carburant.


 

 

 

 

La courbe des dioxydes d’azote montre également une réduction significative à 30 km/h.

print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Translate »