À Lille, la voiture «Lapi», ce chasseur implacable de fraudes au stationnement

Depuis l’arrivée de la voiture à lecture automatique des plaques d’immatriculation (Lapi) de la police municipale, le nombre de PV pour stationnements non payés a bondi de 10 000 à 40 000 par mois ! L’auto est capable de filmer entre 7 et 800 véhicules par heure, et de parcourir le secteur payant en deux jours. Imparable.

La voiture Lapi, c’est quoi ?

En France, les véhicules de police ou de gendarmerie équipés de caméras Lapi (lecture automatique des plaques d’immatriculations) datent de plusieurs années. Dans le Nord, la DDSP59 en utilise pour relever en direct les infractions, et notamment les excès de vitesse, en roulant, et dans les deux sens !

À Lille, la police municipale s’est dotée en 2019 d’une Zoé électrique Lapi à quatre caméras. Son utilisation est réglementairement limitée. Pas d’excès de vitesse, pas non plus de stationnements gênants, ou dangereux. La Lapi lilloise vise uniquement les stationnements non payés. Mais avec une redoutable efficacité.

Fini les PV, bonjour les FPS (Forfaits post-stationnement)

Pour les contrevenants, c’est le coup du Lapi

Un effet indirect : les stationnements dangereux et gênants mieux contrôlés

Avant la Lapi, le contrôle du stationnement payant était réalisé par une vingtaine d’ASVP (agents de surveillance voie publique) de la ville. « Avant, il fallait deux à trois minutes pour contrôler et verbaliser une voiture avec un smartphone », souligne Jacques Richir. Désormais, avec ses 800 plaques à l’heure, la Lapi va beaucoup plus vite. Et elle libère, du coup, les ASVP pour d’autres tâches : les stationnements gênants (35 euros) ou dangereux (135 euros), verbalisés aussi par la police municipale.

lire l’article de Nord Eclair

print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Translate »