Accidents mortel dans le Nord et le Pas-de-Calais en forte baisse

Le virus covid-19 a sauvé des vies sur la route

Les confinements et couvre-feux ne sont pas étrangers à ces baisses. Le trafic a fortement baissé aussi bien à cause des interdictions de circuler mais aussi à cause des lieux qui motivent les déplacements, c’était le but recherché pour éviter la propagation du virus qui ne se déplace pas de lui-même, ce sont les porteurs de celui-ci qui le font déplacer. Le télétravail a diminué le nombre de trajets domicile-travail, l’accident de la route est la première cause d’accidents mortels du travail justement à cause de ces déplacements.

Les fermetures des boîtes de nuit en France et en Belgique ont supprimé les occasions de conduire fatigués, sous emprise de l’alcool ou d’autres drogues. Rappelons que les accidents de la route sont la première cause de mortalité des 15-25 ans, notamment pour les jeunes hommes. La testostérone et l’alcool poussent à la prise de risque, les effets néfastes sont alors multipliés. Les fermetures des restaurants et autres débits de boissons alcoolisés ont aussi joué un grand rôle même si la consommation au domicile s’est accrue. Rappelons aussi que 90% du total de l’alcool consommé l’est pas 10% de ses consommateurs. Mais la grosse consommation d’alcool n’est pas le facteur principal de conduite sous emprise de l’alcool, l’alcoolisation occasionnelle est un facteur de risque très important. Mais comme les occasions de se rassembler pour un pot de l’amitié ont quasiment disparu, le virus a sauvé des vies aussi pour cette raison.

Un bilan positif en demi-teinte

Cette forte baisse n’est pas le résultat d’une amélioration des comportements, au contraire, les contraintes ont augmenté les frustration des chauffards qui se servent de la route comme un exutoire. Aussi la baisse du trafic leur permet plus facilement de rouler plus vite puisque le trafic est plus fluide. Avec la vitesse, les risques d’accident augmentent ainsi que leur gravité. Le modèle de Nilsson-Evik qui a été vérifié dans 118 études en France et ailleurs dans le Monde montre que pour 1% de vitesse moyenne en plus, il y a 2% d’accidents corporels en plus et 4% d’accidents mortels en plus.

La reprise du trafic va donc être douloureuse car ces mauvais comportements vont rester.

Les radars sont toujours vandalisés par les débiles qui se croient des Robins des bois en s’attaquant à des équipements sans défense. Cela fait deux ans que nous demandons au gouvernement d’arrêter de remplacer ces appareils devenus obsolètes depuis 2010 à cause des avertisseurs communautaires de radars. Les radars embarqués dans des véhicules banalisés sont bien plus efficaces car ils couvrent beaucoup plus de kilomètres et ils ne risquent pas d’être vandalisés.  Le but des radars n’est pas de verbaliser pour « remplir les caisses de l’Etat » mais d’éviter les accidents par le respect partout des limitations.  Si les PV ont permis de dégager 600 millions d’euros de recettes, l’insécurité routière coûte à la nation 40 milliards d’euros, une baisse de 30% de la mortalité est un gain de 12 milliards d’euros soit 20 fois plus que les recettes des radars.

L’obligation européenne de l’installation des EDR, des enregistreurs de données des accidents, en 2024 va jouer un rôle très important. Appelés à tort boîtes noires par ses détracteurs, ils ne posent aucun risque pour les libertés individuelles car ils ne gardent en mémoire que 30 s avant et après un choc. Ils ne sont pas des flics embarqués mais des avocats embarqués qui vont défendre votre bonne foi en établissant les faits. Finies les batailles d’experts qui profitent trop souvent aux responsables d’accidents car, au bénéfice du doute, les juges ne considèrent que les estimations les plus avantageuses pour l’accusé. Les Dashcams sont aussi très utiles car elles mémorisent les vidéos de l’accidents avec des vitesses et directions quand elles sont couplées au GPS.

Nous attendons depuis 2002 le LAVIA (Limiteur Automatique de la VItesse Autorisée) qui limite la vitesse selon une cartographie GPS. L’Europe veut imposer l’ISA (Intelligent Speed Adapter). Bientôt 20 ans de perdus car les constructeurs ont fait bloc pour stopper sa mise en oeuvre pour continuer à vendre des modèles inutilement lourds, puissants et rapides qui leur procurent bien plus de marge bénéficiaire. La mode des SUV en est la preuve, plus de la moitié des ventes concernent ces véhicules Sans Utilité en Ville. Plus de pognon mais aussi plus de pollution, plus de place prise au sol, plus de risques pour les autres usagers notamment les plus faibles car; si une berline ou une citadine va taper au niveau des jambes et projeter le capot qui va amortir le choc, les SUV et les 4×4 vont taper au niveau du ventre, causant infiniment plus de dégâts aux organes mous. De plus ces monstres sont souvent opaques et bloquent la visibilité pour les véhicules classiques, il ne leur est plus possible de voir au travers pour voir les feux stop des véhicules qui précèdent le SUV, ce qui fait perdre de précieuses secondes d’anticipation. 

Hervé Dizy

print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »