Des conducteurs français tolérants, mais… avec des limites face à certains comportements

Tribune Auto 03/08/2019
Les automobilistes français sont souvent considérés comme des râleurs ayant l’insulte, le klaxon et les incivilités faciles…
Pourtant, les 20 000 répondants à l’étude conduite par le Club Identicar montrent des conducteurs français plutôt tolérants, mais…
Si 1/4 des répondants se considèrent calmes et sereins en toutes circonstances au volant de leur voiture, 72 % d’entre eux se disent tolérants… mais avec des limites face à certains comportements. Reste à savoir où ils placent le curseur de la tolérance !

3 % des répondants assument être des râleurs compulsifs au volant et 0,5 % avouent être agressifs et parfois vulgaires.
50 % ne s’expliquent pas les comportements agressifs des automobilistes au volant.
Pour 79 % des personnes interrogées, le non-respect du code de la route et les incivilités des autres automobilistes sont le premier facteur d’agacement au volant.
Les embouteillages arrivent en seconde position, très loin derrière : ils sont le pire cauchemar de 9 % des personnes interrogées qu’ils habitent en ville (9 %) ou en milieu rural (8 %).
Pour plus d’1/3 des personnes interrogées, les désaccords sur l’itinéraire constituent le sujet de discorde le plus récurrent en voiture. Arrivent ensuite les remarques sur la conduite, que 27 % des répondants pensent à l’origine des plus gros différends sur la route. En troisième position, on retrouve les sujets d’ordre privé.
Les conducteurs français l’avouent à demi-mot… Il leur arrive de :
– Parler tout seuls en voiture (43 %)
– Chanter à tue-tête dans leur voiture (35 %)
– Proférer des insultes (28 %)
– Écouter de la musique très fort, fenêtres ouvertes (14 %)

Source : étude sur les comportements inavouables des Français au volant menée du 30 avril au 12 mai 2019 auprès de 20 366 membres du Club Identicar

Les comportements au volant en 8 idées reçues (Club-Identicar.com)
La nouvelle grande enquête du Club Identicar porte sur les idées reçues autour des comportements des automobilistes.
Pour la réaliser, nous avons interrogé nos membres sur leurs habitudes au volant pour faire ressortir de grandes tendances et, parfois, tordre le cou aux idées reçues. Quels sont les principaux sujets de dispute et d’agacement au volant ? Que font les automobilistes d’inavouable ? Sont-ils plutôt tolérants ou râleurs compulsifs ? Joueurs ou prévoyants ? Nous vous disons tout !


Ça se dispute !

Pour plus d’1/3 des répondants, les désaccords sur l’itinéraire sont le sujet de discorde le plus récurrent en voiture.
Arrivent ensuite les remarques sur la conduite (pour 27 %) puis les sujets d’ordre privé (pour 18 %). C’est bien connu,
les langues se délient en voiture !


La tolérance de mise


Si 1/4 des répondants se considèrent calmes et sereins en toutes circonstances au volant de leur voiture, 72 % d’entre
eux se disent tolérants… mais avec des limites face à certains comportements. 3 % des participants assument être des
râleurs compulsifs au volant et 0,5 % avouent être agressifs, parfois même vulgaires.


Ça, ça nous agace

Pour 79 % des répondants, le non-respect du code de la route et les incivilités des autres automobilistes sont le premier facteur d’agacement au volant.
Les embouteillages arrivent en seconde position, très loin derrière : ils sont le pire cauchemar de 9 % des personnes interrogées, qu’ils habitent en ville ou en milieu rural. Les citadins sont pourtant quotidiennement exposés aux embouteillages… Une fatalité à laquelle ils se sont habitués ?

Pourquoi tant de haine ?

Nous avons tous déjà observé, voire adopté, des comportements agressifs au volant. Mais pourquoi ? 50 % des répondants ne l’expliquent tout simplement pas !
Et parmi ceux qui tentent un décryptage : 53 % considèrent que la voiture est un espace où l’on se sent comme chez soi et où l’on voudrait agir selon ses propres règles. 32 % penchent pour la sensation de toute puissance qui peut être ressentie au volant d’une voiture. Quant aux derniers 15 %, ils pensent que la voiture est l’endroit idéal pour exprimer ses frustrations du quotidien !


Joueurs ou prévoyants ?

Lorsqu’il s’agit d’aller à la pompe, les automobilistes ne laissent pas traîner. Se retrouver sur la réserve est impensable pour 58 % des répondants ! Et plus les conducteurs prennent de l’âge, plus ils sont prévoyants ! Les plus jeunes jouent plus volontiers avec le feu: ils sont 1/4 à prendre le risque de laisser traîner lorsqu’ils sont sur la réserve. Les hommes seraient plus prévoyants : 61 % d’entre eux affirment ne jamais se retrouver sur la réserve d’essence, contre 52 % des femmes interrogées.


Ma voiture coûte que coûte ?

22 % des répondants avouent prendre leur voiture en toutes circonstances, sans même se poser de questions.
36 % déclarent peser le pour et le contre et 42 % affirment privilégier la marche ou un autre moyen de transport dès qu’ils en ont l’occasion. C’est le cas pour 46 % des répondants habitant en ville et 37 % des répondants habitant en milieu rural. Un écart qui s’explique par la différence d’accessibilité des transports en commun et des nouvelles solutions de mobilité.


Dans les clous

53 % des répondants considèrent être des conducteurs exemplaires. 44 % avouent s’accorder une petite infraction de temps en temps, en limitant les risques (ne pas payer un stationnement, faire un léger excès de vitesse…). Seuls 3 % des personnes interrogées avouent prendre des risques, quitte à en payer le prix.
Il semblerait que les femmes soient plus respectueuses des règles que les hommes : 58 % d’entre elles considèrent être des conductrices exemplaires, contre 50 % des hommes. Ces derniers prennent plus de libertés avec le code de la route : ils sont 47 % à s’accorder une infraction de temps en temps, contre 40 % des femmes.


Ils avouent…
Il leur arrive de :
– Parler tout seuls en voiture (43 %)
– Klaxonner pour exprimer leur mécontentement (41 %)
– Chanter à tue-tête dans leur voiture (35 %)
– Proférer des insultes (28 %)
– Écouter de la musique très fort, fenêtres ouvertes (14 %)
Le saviez-vous ? Plus les répondants sont âgés, plus ils ont la main lourde sur le klaxon (voir infographie). En revanche,
le fait d’écouter de la musique très fort, toutes fenêtres ouvertes, est une habitude qui décline avec l’âge (12 % pour les
18-39 ans contre seulement 2 % pour les plus de 70 ans)

L’enquête a été menée du 30 avril au 12 mai 2019 auprès de 20 366 membres du Club Identicar

print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »