Les causes de la flambée des accidents des motards à Marseille

L’étude montre que le risque d’accident est 2,65 à 4 fois plus élevé lorsque les motocyclistes remontent les files de véhicules.

La Provence 24/03/2018

Ils lancent un petit coup de klaxon pour vous signaler leur présence dans « l’angle mort » du rétroviseur et lèvent le pied pour vous dire merci. Un « code » bien rodé à Marseille, pour une pratique formellement interdite par le Code de la route, mais à laquelle tous les conducteurs de moto se livrent : serpenter entre les files de voitures.

Prohibée en France (sauf depuis 2016 sur les autoroutes et certaines voies rapides et dans certains départements), la circulation « interfiles » est passible d’une amende de 135 euros.

Dans les faits, le faible nombre de conducteurs verbalisés pour cette seule infraction encourage l’idée que cette pratique est tolérée.
Mais, cette pratique est-elle vraiment dangereuse ?

Pour en avoir le cœur net, l’Ifsttar a conduit une étude pionnière à Marseille * . Les résultats, qui viennent d’être publiés dans une revue scientifique internationale, sont sans appel : le risque d’accident est 2,65 à 4 fois plus élevé lorsque les motocyclistes remontent les files de véhicules.

CLABAUX, Nicolas, FOURNIER, Jean-Yves, MICHEL, Jean Emmanuel, 2016, Powered two wheeler riders’ risk of crashes associated with filtering on urban roads , Traffic Injury Prevention, Taylor & Francis Ltd, 12p., DOI: 10. 1080/15389588.2016.1225298 ; https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/15389588.2016.1225298?journalCode=gcpi20

print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »