Faut-il annoncer les contrôles routiers ?

La Voix Du Nord 14/04/2017

Depuis plusieurs mois, les gendarmes de la compagnie de Cambrai annoncent les contrôles routiers lorsqu’ils les intensifient sur une période et un secteur donnés. Cette méthode doit inciter les conducteurs à lever le pied. Mais les associations de sécurité routière n’ont pas toutes le même avis sur le sujet.
POUR : Jacky Maréchal, directeur régional de la Prévention routière.
« Annoncer les contrôles en amont me convient parfaitement, explique ce fervent défenseur de la prévention. Je trouve que cela rassure les personnes qui sont respectueuses du code de la route. Et pour les automobilistes qui n’y sont pas, cela ne peut que les inciter à lever le pied ! Certains conducteurs ne tiennent compte de la réglementation, uniquement par crainte de la sanction. Cela peut amener les gens à modifier leur comportement.»

Vers une annonce systématique ?
« De plus, en ce moment, nous notons un relâchement dans les comportements des automobilistes, sans doute parce qu’ils estiment que les forces de l’ordre sont moins présentes. Or, annoncer les contrôles va à l’encontre de ce sentiment d’impunité ».
Mais si détailler le programme des opérations s’avère salvateur, pourquoi ne pas alors les systématiser ?
« Les policiers, les gendarmes, sont employés à d’autres tâches aujourd’hui, avec les attentats. »

De facto, « les contrôles ont tendance à diminuer, peut-être parce que l’on a moins de moyens pour en faire. Les annonces sont donc moins fréquentes aussi. »
CONTRE : Hervé Dizy, responsable départemental de la Ligue contre la violence routière.
« Les instructions de la préfecture étaient claires. Il y a de cela plusieurs années, nous avions demandé, avec la présidente de l’association, de ne plus annoncer les contrôles routiers. Cela revenait à mettre des radars pédagogiques devant des radars automatiques. » Soit une démarche contre-productive, selon le responsable.
Hervé Dizy rappelle ainsi que « le danger, c’est tout au long d’un parcours. Il faut respecter les limitations de vitesse sur l’ensemble d’un secteur, pas uniquement sur certaines portions…»

Et ce serait en cela que l’annonce des points de contrôles serait préjudiciable à la sécurité routière.
« Les gens lèvent le pied à un endroit où ils savent qu’il y aura des contrôles mais accélèrent ensuite. » « Et ces annonces sont aussi bonnes à prendre pour les cambrioleurs. Comme ça, ils savent où sont les forces de l’ordre, et vont ailleurs. »

Le responsable départemental estime aussi qu’il faut en finir avec le système des avertisseurs.
« Nous proposons en revanche la généralisation du LAVIA (Limitateur automatique adapté à la vitesse autorisée), un boîtier qui permet de caler* le véhicule sur la vitesse maximale autorisée du lieu où il circule. »
Nord: Depuis le début de l’année Ce sont 1 231 infractions qui ont été relevées lors de ces contrôles annoncés, dont 1 118 excès de vitesse, 18 alcoolémies, 19 inobservations du panneau stop et 38 usages du téléphone portable.

« Le dispositif continue », prévient la gendarmerie.
La prochaine date sera annoncée.

*: LAVIA ne cale pas la vitesse sur la limite maximale autorisée, ce n’est pas un régulateur de vitesse mais un limiteur: il empêche de dépasser la vitesse limite avec un point dur au niveau de la pédale d’accélérateur. Il est toutefois possible de dépasser pendant quelques secondes de passer outre ce point dur pour terminer un dépassement par exemple car l’objection principale de certains conducteurs se situe à ce niveau.

vidéo LAVIA

print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »