Selon plusieurs études, plus on est fortuné, plus on a tendance à moins bien se comporter, notamment en conduisant

Plus on est riche et plus on a des comportements contraires à l’éthique

En particulier au volant, les personnes les plus riches :

Refusent davantage la priorité aux piétons qui souhaitent traverser

Forcent le passage dans les carrefours

 

Home 

Analyse 1 

Higher social class predicts increased unethical behavior
Paul K. Piff, Daniel M. Stancato, Stéphane Côté, Rodolfo Mendoza-Denton, and Dacher Keltner

Résumé
Sept études utilisant des méthodes expérimentales et naturalistes révèlent que les individus de la classe supérieure se comportent de façon plus contraire à l’éthique que les individus de la classe inférieure. Dans les études 1 et 2, les personnes de la classe supérieure étaient plus susceptibles d’enfreindre la loi en conduisant que les personnes de la classe inférieure. Dans les études de suivi en laboratoire, les personnes de la classe supérieure étaient plus susceptibles de montrer des tendances à prendre des décisions contraires à l’éthique (étude 3), de prendre des biens précieux d’autres personnes (étude 4), de mentir dans une négociation (étude 5), de tricher pour augmenter leurs chances de gagner un prix (étude 6)., et endosser un comportement contraire à l’éthique au travail (étude 7) par rapport aux personnes de classe inférieure. Les données sur les médiateurs et les modérateurs ont démontré que les tendances contraires à l’éthique des personnes de la classe supérieure s’expliquent en partie par leurs attitudes plus favorables à l’égard de la cupidité.

Statut socioéconomique Jugement pratique éthique / Intérêt personnel
Quelle classe sociale est la source la plus probable d’un comportement contraire à l’éthique, la classe supérieure ou la classe inférieure? L’examen de la façon dont la classe sociale est associée à un comportement contraire à l’éthique, ou à des actes qui nuisent à autrui et qui sont illégaux ou moralement répréhensibles pour la collectivité (1) jetterait la lumière sur des comportements comme la tricherie, la tromperie ou l’infraction à la loi qui ont des conséquences importantes pour la société. D’une part, les personnes de classe inférieure vivent dans des environnements définis par moins de ressources, une plus grande menace et plus d’incertitude (2, 3). Il va de soi, par conséquent, que les personnes de la classe inférieure peuvent être plus motivées à se comporter de façon contraire à l’éthique pour accroître leurs ressources ou surmonter leur désavantage.

La classe sociale, ou statut socioéconomique (SSE), désigne le rang d’un individu par rapport aux autres dans la société en termes de richesse, de prestige professionnel et d’éducation (2, 3). Des ressources abondantes et un rang élevé permettent aux individus de la classe supérieure d’accroître leur liberté et leur indépendance (4), donnant naissance à des modèles de cognition et de comportement sociaux centrés sur eux-mêmes (3). Par rapport aux personnes de la classe inférieure, il a été démontré que les personnes de la classe supérieure sont moins conscientes des autres (4) et plus difficiles à cerner les émotions que les autres ressentent (5). De plus, les personnes de la classe supérieure sont plus désengagées pendant les interactions sociales – par exemple, lorsqu’elles vérifient leur téléphone portable ou gribouillent sur un questionnaire – que leurs pairs de la classe inférieure (6).

Les personnes issues de la classe supérieure sont aussi moins généreuses et altruistes. Dans une étude, les personnes de la classe supérieure se sont montrées plus égoïstes dans un jeu économique, conservant beaucoup plus de crédits de laboratoire – qu’elles croyaient être échangés plus tard contre de l’argent – que les participants de la classe inférieure, qui partageaient plus de leurs crédits avec un étranger (7). Ces résultats correspondent à des données d’enquête nationales montrant que les ménages de la classe supérieure donnent une plus faible proportion de leurs revenus à des organismes de bienfaisance que les ménages de la classe inférieure (10). Ces résultats suggèrent que les personnes de la classe supérieure sont particulièrement susceptibles de valoriser leur propre bien-être par rapport au bien-être des autres et, par conséquent, peuvent avoir des attitudes plus positives envers la cupidité.

L’avidité, à son tour, est un déterminant robuste du comportement contraire à l’éthique. Platon et Aristote ont jugé cupidité d’être à la racine de l’immoralité personnelle, faisant valoir que la cupidité pousse les désirs de gain matériel aux dépens des normes éthiques (11, 12). La recherche révèle que les individus motivés par l’avidité ont tendance à abandonner les principes moraux dans leur recherche de l’intérêt personnel (13). Dans une étude, un incitatif financier a incité les gens à être plus disposés à tromper et à tromper les autres à des fins personnelles (14). Dans une autre étude, la simple présence d’argent a conduit les individus à être plus susceptibles de tricher dans une tâche d’anagramme pour recevoir une plus grande récompense financière (1). La cupidité mène à une préoccupation réduite quant à la façon dont son comportement affecte les autres et motive une action plus contraire à l’éthique.

Nous pensons que l’augmentation des ressources et l’indépendance par rapport aux autres amènent les gens à accorder la priorité à l’intérêt personnel plutôt qu’au bien-être des autres et à percevoir la cupidité comme positive et bénéfique, ce qui entraîne à son tour une augmentation du comportement contraire à l’éthique. Nous prédisons que, compte tenu de leurs ressources abondantes et de l’indépendance accrue, les individus de la classe supérieure devraient démontrer un comportement plus contraire à l’éthique et qu’une raison importante de cette tendance est que les individus de la classe supérieure ont des attitudes plus favorables envers la cupidité.

Nous avons mené sept études à l’aide d’échantillons provenant d’universités, de collectivités et du pays pour vérifier cette prédiction générale. Tout au long de cette recherche, nous avons cherché à généraliser nos résultats à toutes les opérationnalisation de la classe sociale, en utilisant à la fois l’auto-évaluation et les évaluations objectives des comportements non éthiques, et tout en contrôlant les explications alternatives des résultats concernant les caractéristiques liées à la classe sociale (par exemple, âge, ethnicité, religiosité). Dans les études 1 à 3, nous avons vérifié si une classe sociale plus élevée est liée à des comportements plus contraires à l’éthique dans des contextes naturalistes (comportement au volant) et à la réaction contraire à l’éthique à divers jugements éthiques. Dans l’étude 4, nous avons étendu notre recherche en examinant si les mentalités de classe sociale supérieure et inférieure initiées expérimentalement provoquent différents niveaux de jugement et de comportement contraires à l’éthique. Dans les études 5-7, nous avons examiné si des attitudes plus positives à l’égard de la cupidité expliquent pourquoi une classe sociale plus élevée est plus contraire à l’éthique.

Résultats
Etudes 1 et 2.
Nos deux premières études étaient des études naturalistes sur le terrain et visaient à déterminer si les personnes de la classe supérieure se comportent de façon plus contraire à l’éthique que les personnes de la classe inférieure au volantDans l’étude 1, nous avons cherché à savoir si les conducteurs de la classe supérieure étaient plus susceptibles de couper la route à d’autres véhicules à une intersection à quatre voies achalandée avec des panneaux d’arrêt de tous les côtés. Comme les véhicules sont des indicateurs fiables du rang social et de la richesse d’une personne (15), nous avons utilisé les codes de statut des véhicules (marque, âge et apparence) des observateurs pour indexer la classe sociale des conducteurs. Les observateurs se sont tenus près de l’intersection, ont codé l’état des véhicules qui approchaient et ont enregistré si le conducteur avait coupé la route à d’autres véhicules en traversant l’intersection avant d’attendre leur virage, un comportement qui défie le Code des véhicules de la Californie. Dans la présente étude, 12,4 % des conducteurs sont coupés devant d’autres véhicules. Une régression logistique binaire a indiqué que les conducteurs de la classe supérieure étaient les plus susceptibles de couper d’autres véhicules à l’intersection, même si l’on tient compte de l’heure de la journée, du sexe et de l’âge perçus du conducteur, et de la quantité de circulation, b = 0,36, ET b = 0,18, P < 0,05. Les pourcentages de wagons coupés d’autres véhicules en fonction de l’état du véhicule sont indiqués à la fig. 1A.

Fig. 1.
Pourcentage de voitures qui coupent (i) d’autres véhicules à l’intersection à quatre voies (de l’étude 1) (A) ou (ii) le piéton au passage pour piétons (de l’étude 2) (B), en fonction de l’état du véhicule (1 = statut social le plus bas, 5 = statut social le plus élevé).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans l’étude 2, nous avons vérifié si les conducteurs de la classe supérieure sont plus susceptibles de couper les piétons à un passage pour piétons. Un observateur l’a placé hors de la vue à un passage piétonnier marqué, a codé l’état d’un véhicule et a enregistré si le conducteur avait coupé la route à un piéton (un complice de l’étude) qui tentait de traverser l’intersection. Couper un piéton viole le code des véhicules de la Californie. Dans cette étude, 34,9 % des conducteurs n’ont pas cédé aux piétons. Une régression logistique binaire avec l’heure du jour, l’âge et le sexe perçus par le conducteur et le sexe confédéré entrés comme covariables a indiqué que les conducteurs de la classe supérieure étaient beaucoup plus susceptibles de traverser le passage piétonnier sans céder au piéton en attente, b = 0,39, ET b = 0,19, P < 0,05. Les pourcentages de voitures qui coupent le piéton en fonction de l’état du véhicule sont indiqués à la fig. 1B.

Étude 3.
L’étude 3 a étendu ces résultats en utilisant une mesure plus directe de la classe sociale et en évaluant les tendances à une variété de décisions contraires à l’éthique. Les participants ont lu huit scénarios différents qui impliquaient un acteur dans le fait de prendre ou de profiter injustement de quelque chose, et ont signalé la probabilité qu’ils se livreraient au comportement décrit (16). Les participants ont également déclaré leur classe sociale en utilisant l’échelle MacArthur de la SSE subjective (2). Cette mesure correspond à des mesures objectives fondées sur les ressources de la classe sociale dans sa relation avec la santé (2), la cognition sociale (4) et le comportement interpersonnel (7). Selon l’hypothèse, la classe sociale prédisait positivement des tendances non éthiques à la prise de décisions, même après avoir tenu compte de l’origine ethnique, du sexe et de l’âge, b = 0,13, SE b = 0,06, t(103) = 2,05, P < 0,04. Ces résultats suggèrent que les personnes de la classe supérieure sont plus susceptibles d’avoir des tendances à agir de façon contraire à l’éthique que les personnes de la classe inférieure.

Étude 4.
L’étude 4 visait à fournir des preuves expérimentales que l’expérience de la classe sociale supérieure a un effet causal sur la prise de décisions et le comportement contraires à l’éthique. Nous avons adopté un paradigme utilisé dans les recherches antérieures pour activer les mentalités de classe sociale supérieure ou inférieure et examiner leurs effets sur le comportement (5, 7). Les participants ont connu un rang relatif de classe sociale faible ou élevé en se comparant aux personnes ayant le plus (le moins) d’argent, le plus (le moins) d’éducation et le plus (le moins) d’emplois respectés. Les participants ont également évalué leur position dans la hiérarchie socioéconomique par rapport aux personnes qui se trouvent tout en haut ou en bas. Cette induction suscite des perceptions subjectives de rang social relativement élevé ou faible. Dans cette recherche antérieure, comme on pouvait s’y attendre, les manipulations du rang de classe sociale perçu ont influencé la générosité (7) et la capacité d’identifier les émotions des autres (5). Les participants ont terminé une série de mesures de remplissage, qui comprenaient la mesure des tendances à la prise de décisions contraires à l’éthique utilisées dans l’étude 3 (16). Notre principale variable dépendante était une mesure comportementale des tendances contraires à l’éthique. Plus précisément, à la fin de l’étude, l’expérimentateur a présenté aux participants un pot de bonbons emballés individuellement, soi-disant pour les enfants dans un laboratoire voisin, mais les a informés qu’ils pouvaient en prendre s’ils le voulaient. Cette tâche a été adaptée des recherches antérieures sur l’admissibilité (17) et a servi de mesure du comportement contraire à l’éthique, car la prise de bonbons réduirait la quantité qui serait autrement donnée aux enfants. Les participants ont effectué des tâches non reliées et ont ensuite signalé le nombre de bonbons qu’ils avaient pris.

La manipulation du rang de la classe sociale a été couronnée de succès : Les participants de la classe supérieure (M = 6,96) ont déclaré un rang de la classe sociale nettement supérieur aux participants de la classe inférieure (M = 6,00), t(127) = 3,51, P < 0,01, d = 0,62. Au cœur de notre hypothèse, les participants de la classe supérieure prenaient plus de bonbons qui autrement iraient aux enfants (M = 1,17) que ceux de la classe inférieure (M = 0,60), t(124) = 3,18, P < 0,01, d = 0,57. De plus, en reproduisant les résultats de l’étude 3, les personnes en situation de rang supérieur ont également signalé une augmentation des tendances à prendre des décisions contraires à l’éthique (M = 4,29) par rapport aux participants en situation de rang inférieur (M = 3,90), t(125) = 2,31, P < 0,03, d = 0,41. Ces résultats étendent les conclusions des études 1 à 3 en suggérant que l’expérience de la classe sociale supérieure a une relation causale avec la prise de décision et le comportement contraires à l’éthique.

Étude 5.
L’étude 5 s’est concentrée sur les attitudes positives à l’égard de la cupidité comme un mécanisme de médiation pour expliquer pourquoi les gens des milieux de la classe supérieure se comportent d’une manière plus contraire à l’éthique. Les participants ont pris part à une négociation hypothétique, assumant le rôle d’un employeur chargé de négocier un salaire avec un candidat à un emploi à long terme (14). Les participants ont reçu plusieurs éléments d’information, y compris le fait que l’emploi serait bientôt éliminé. Les participants ont indiqué le pourcentage de chances qu’ils diraient au candidat la vérité au sujet de la stabilité d’emploi. Les participants ont également déclaré leur classe sociale en utilisant l’échelle MacArthur (2) et ont complété une mesure de la mesure dans laquelle ils croient qu’il est justifié et moral d’être cupide (18).

Nous avons d’abord testé les associations entre la classe sociale, les attitudes envers la cupidité et la probabilité de dire la vérité au candidat au poste, tout en tenant compte de l’âge, du sexe et de l’ethnicité des participants, ainsi que de la religiosité et de l’orientation politique, les variables qui peuvent influencer un comportement contraire à l’éthique (19). La classe sociale prédisait négativement la probabilité de dire la vérité, b = 4,55, SE b = 1,90, t(103) = 2,39, P < 0,02, et prédisait positivement des attitudes favorables à l’égard de la cupidité, b = 0,16, SE b = 0,04, t(103) = 3,54, P < 0,01. De plus, des attitudes favorables à l’égard de la cupidité prédisaient négativement la probabilité de dire la vérité, b = 12,29, SE b = 3,93, t(100) = 3,12, P < 0,01. Mise à l’essai de notre modèle de médiation, lorsque la classe sociale et les attitudes à l’égard de la cupidité ont été entrées dans un modèle de régression linéaire prédisant la probabilité de dire la vérité au candidat, la classe sociale n’était plus significative, b = 2,43, SE b = 1,87; t(101) = 1,30, P = 0,20, alors que les attitudes à l’égard de la cupidité étaient un prédicteur significatif, b = 11,41, SE b = 3,81; t(101) = 3,00, P < 0,01. En utilisant la méthode bootstrapping (avec 10000 itérations) recommandée par Preacher et Hayes (20), nous avons testé la signification de l’effet indirect de la classe sociale sur la probabilité de dire la vérité par des attitudes envers la cupidité. L’intervalle de confiance de 95 % pour l’effet indirect ne comprenait pas zéro (intervalle : 3,7356 à 0,6405), ce qui suggère que les personnes de la classe supérieure sont sujettes à la tromperie en partie parce qu’elles perçoivent l’avidité sous un angle plus positif.

Étude 6.
L’étude 6 a étendu ces résultats au comportement de tricherie réel. Les participants ont joué un « jeu de hasard » dans lequel l’ordinateur leur a présenté un côté d’un dé à six faces, apparemment au hasard, sur cinq rouleaux distincts. On a dit aux participants que des rôles plus élevés augmenteraient leurs chances de gagner un prix en argent et on leur a demandé de déclarer leur score total à la fin de la partie. En fait, les matrices étaient prédéterminées pour en faire 12. La mesure dans laquelle les participants ont déclaré un total de plus de 12 a servi de mesure comportementale directe de la tricherie. Les participants ont également complété les mesures de la classe sociale (2) et des attitudes envers la cupidité (18) que nous avons utilisées dans l’étude 5.

Le contrôle de l’âge, du sexe, de l’ethnicité, de la religiosité et de l’orientation politique des participants, la classe sociale prédisait positivement la tricherie, b = 0,22, SE b = 0,11, t(181) = 1,98, P < 0,05 et des attitudes plus favorables à l’égard de la cupidité, b = 0,06, SE b = 0,03, t(186) = 2,22, P < 0,03. De plus, les attitudes à l’égard de la cupidité prédisaient un comportement de tricherie, b = 0,61, SE b = 0,29, t(180) = 2,36, P < 0,02. Lorsque la classe sociale et les attitudes envers la cupidité étaient entrées dans un modèle de régression linéaire prédisant le comportement de tricherie, la classe sociale n’était plus un prédicteur significatif, b = 0,16, SE b = 0,11, t(185) = 1,50, P = 0,14, tandis que les attitudes envers la cupidité prédisaient de manière significative la tricherie, b = 0,68, SE b = 0,27, t(185) = 2,50, P < 0,02. La technique de bootstrap de Preacher et Hayes (20) (avec 10 000 itérations) a produit un intervalle de confiance de 95 % pour l’effet indirect qui n’incluait pas zéro (intervalle : 0,0005 à 0,3821). Ces résultats suggèrent en outre que des attitudes plus favorables à l’égard de la cupidité chez les membres de la classe supérieure expliquent, en partie, leurs tendances contraires à l’éthique.

Étude 7.
Pour mieux comprendre pourquoi les personnes de la classe supérieure agissent de façon plus contraire à l’éthique, l’étude 7 a examiné si encourager des attitudes positives envers la cupidité augmente les tendances contraires à l’éthique des personnes de la classe inférieure pour correspondre à celles de leurs homologues de la classe supérieure. Lorsque les avantages de la cupidité n’ont pas été mentionnés, nous nous attendions à ce que les personnes de la classe supérieure affichent des tendances contraires à l’éthique accrues par rapport aux personnes de la classe inférieure, comme dans les études précédentes. Cependant, lorsque les avantages de la cupidité ont été soulignés, nous nous attendions à ce que les individus de la classe inférieure soient aussi enclins à un comportement contraire à l’éthique que les individus de la classe supérieure. Ces résultats révéleraient qu’une des raisons pour lesquelles les personnes de classe inférieure ont tendance à agir de façon plus éthique est qu’elles ont des attitudes relativement défavorables à l’égard de la cupidité. (et, inversement, que l’une des raisons pour lesquelles les individus de la classe supérieure ont tendance à agir plus contraire à l’éthique est qu’ils ont des attitudes relativement favorables envers la cupidité).

Les participants ont énuméré trois choses au sujet de leur journée (prime neutre) ou trois avantages de la cupidité (prime de la cupidité-est-bon). Les participants ont ensuite répondu à un contrôle de manipulation évaluant leurs attitudes envers la cupidité avant d’évaluer leur propension à adopter des comportements non éthiques au travail, comme voler de l’argent, recevoir des pots-de-vin et surfacturer des clients (21). Les participants ont également déclaré leur classe sociale en utilisant la mesure MacArthur décrite précédemment (2).

Comme on pouvait s’y attendre, les participants qui présentaient des signes positifs de cupidité ont exprimé des attitudes plus favorables à l’égard de la cupidité (M = 3,12) comparativement aux participants qui présentaient un état neutre-prime (M = 2,42), t(87) = 2,72, P < 0,01, d = 0,58. Notre prédiction centrale était que la manipulation des attitudes envers la cupidité modérerait la relation entre la classe sociale et le comportement contraire à l’éthique. Pour tester cette théorie, nous avons régressé la mesure du comportement contraire à l’éthique sur la classe sociale, la manipulation de la cupidité et leur interaction, tout en contrôlant l’âge, l’ethnicité, le sexe, la religiosité et l’orientation politique. Les résultats ont produit un effet significatif pour la classe sociale, de sorte que les participants de la classe supérieure ont signalé un comportement plus contraire à l’éthique que les participants de la classe inférieure, b = 0,13, SE b = 0,07, t(84) = 2,00, P < 0,05, et un effet significatif pour la manipulation de la cupidité, tels que les participants apprivoisés avec des caractéristiques positives de la cupidité ont rapporté un comportement plus contraire à l’éthique que les participants neutres, b = 0,38, SE b = 0,18, t(84) = 2,18, P < 0,04. Ces effets ont été qualifiés par l’interaction significative prévue entre la classe sociale et la manipulation de la cupidité, b = 0,24, SE b = 0,18, t(84) = 2,34, P < 0,03. Comme le montre la Fig. 2, dans l’état neutre-prime, les participants de la classe supérieure ont signalé un comportement nettement plus contraire à l’éthique par rapport aux participants de la classe inférieure, t(45) = 2,04, P < 0,05. Cependant, lorsque les participants ont été préparés avec des aspects positifs de la cupidité, les participants de la classe inférieure ont montré des niveaux élevés de comportement contraire à l’éthique comparables à leurs homologues de la classe supérieure, t(38) = 1,42, P = 0,17.

Fig. 2.
Le rapport entre la classe sociale et la propension à un comportement contraire à l’éthique, modéré par la cupidité, est bon premier (de l’étude 7).

Ensemble, les résultats que nous avons observés dans l’étude 7 indiquent que l’amorçage des caractéristiques positives de la cupidité atténue les différences de comportement non éthique fondées sur les classes. Fait important, les personnes de la classe inférieure étaient aussi immorales que les personnes de la classe supérieure lorsqu’on leur a demandé de penser aux avantages de la cupidité, ce qui laisse entendre que les personnes de la classe supérieure. . . et les individus de la classe inférieure ne diffèrent pas nécessairement en termes de leur capacité à un comportement contraire à l’éthique, mais plutôt en termes de leurs tendances par défaut à cet égard

 

 

print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Translate »