Tourcoing : les rodéos polluent la vie des habitants de la Bourgogne

Depuis trois semaines, certains habitants du quartier de la Bourgogne disent vivre un véritable calvaire. Des rodéos de motos et de voitures se déroulent sous leurs fenêtres, toutes les après-midi. Des personnes âgées expliquent avoir peur de sortir de chez elle.

« Ça pétarade, de 15 heures à 20 heures, tous les jours, même le week-end. Ils font du rodéo sur le terrain de foot avec cinq motos et quelques fois des voitures. On se demande même comment ils font pour y entrer. C’est l’enfer depuis trois semaines, on ne peut plus sortir de chez nous pour profiter de notre jardin. Et c’est simple, on n’ouvre plus nos fenêtres même quand il fait chaud. C’est insupportable à vivre. » Ce témoignage de personnes âgées habitant le quartier de la Bourgogne n’est pas isolé. « Nous sommes dans la ville du ministre de l’Intérieur, ça fait quand même un peu tâche », ironise un fin connaisseur du quartier, hier matin, pour qui les problèmes se concentrent autour des rues Marcel-Beyens, Robert-Schuman et du Président-Coty.

Nous sommes dans la ville du ministre de l’Intérieur, ça fait quand même un peu tâche. UN HABITANT DU QUARTIER 

C’était quelques minutes avant que Gérald Darmanin n’évoque, sur sa propre page Facebook, la saisie de quatre motos et l’interpellation du mis en cause, tout en félicitant les forces de l’ordre. Selon lui, ces arrestations ont pu se faire grâce à la vidéo protection. « Mes consignes à tous les policiers de France ont été claires dès mon arrivée au ministère de l’Intérieur : lutter avec force contre les rodéos en saisissant les objets du délit avec poursuites systématiques , nous explique-t-il. Ça vaut à Tourcoing comme partout ailleurs. Les consignes sont claires pour tout le monde mais je vais les rappeler aux Préfets avec qui j’organise des visioconférences chaque semaine désormais. »

UN ACCIDENT GRAVE LE 20 JUILLET
« Ça fait des jours que ça dure, dit cette habitante, un peu désemparée. Ces derniers temps, on a tout essayé. J’ai appelé Vitaville qui m’a dit que ce n’était pas de leur compétence. Ils m’ont renvoyée vers la police municipale. On m’a dit d’appeler la police nationale. Et quand j’ai eu la police nationale, on m’a dit d’écrire un courrier à Gérald Darmanin. J’ai répondu que si j’avais quelque chose à dire à Gérald Darmanin, je le dirai dans un article de La Voix du Nord » Ceci dit, moins d’une demi-heure plus tard, « six voitures de la police nationale sont arrivées sur les lieux pour contrôler les jeunes. Six ! » Le hasard fait souvent bien les choses, sauf d’apaiser la colère. « Cela démontre que quand on veut, on peut. Mais on attend de voir ce week-end. Nous serons attentifs. »
Il faut dire que le problème est connu. Il a d’ailleurs déjà été remonté par l’hôpital Dron pour les gênes que les rodéos causent aux patients, notamment de la maternité. D’ailleurs, selon une source policière, le 20 juillet dernier, vers 18 h 40, le pilote d’une moto qui circulait sans casque a lourdement chuté au sol. Pris en charge par le SMUR Tourcoing et les sapeurs-pompiers, le jeune homme souffre d’une double fracture tibia/péroné. Lors de son transfert à l’hôpital voisin, son pronostic vital n’était pas engagé.

Lire l’article de la Voix du Nord

print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »