Abandon du 80 km/h?

La mauvaise foi des détracteurs du 80 km/h est sans limite.


  1. Il faudrait tirer les conclusions sur l’année 2018 de la mesure quand celle-ci a été promulguée en juillet!

  2. La mise en place de la mesure a été confiée à l’époque à Gérard Collomb (Monsieur Joker) qui n’y croyait pas et qui n’a pas mis en place les moyens de contrôle d’efficacité de celle-ci. C’est jouer à l’archer aveugle. Le ministre Collomb a décoché une flèche sans chercher à viser, convaincu de rater la cible, il n’a même pas cherché à voir le résultat. Les experts scientifiques ne peuvent donc conclure avec certitude de l’efficacité sans mesure même si la mortalité a globalement baissé depuis l’instauration du 80 km/h. Nous savons que cela fonctionne mais il n’est pas possible d’affirmer l’amplitude du progrès réalisé car le gouvernement, en n’installant pas des observatoires départementaux de la vitesse, a tendu la perche pour se faire battre.

  3. Les détracteurs affirment leurs convictions intimes sans preuve ou à partir d’études bidonnées par des instituts sans compétences scientifiques pour dire que le 80 km/h ne fonctionne pas, que cela coûte 1,5 milliards d’euros selon des méthodes de calcul entachées d’erreurs grossières. Ils refusent d’entendre les rapports officiels qui permettent de démontrer que la mesure va au contraire faire économiser 4,85 milliards d’€ sur 12 mois, si la vitesse est effectivement respectée. Lire l’article

  4. Les gilets jaunes détracteurs sont complices de ceux qui ont vandalisé les radars puisqu’on a peu entendu leurs condamnations de ces dégradations, ils opèrent un chantage ignoble qui se solde bien évidemment par des pertes importantes des produits des verbalisations mais aussi par des morts supplémentaires. Le bilan humain des accidents causés directement par les barrages des gilets jaunes se monte à une dizaine de personnes, c’est déjà dramatique. Combien de dizaines de morts auront été causés par les excès de vitesse résultant des dégradations des radars? Le comble est qu’ils affirment que les vandalismes ont été provoqués par la mise en oeuvre « autoritaire » du 80 km/h. Il faut donc comprendre que lorsqu’on refuse l’argumentation scientifique d’une interdiction sur un type de route, on devrait avoir le droit de casser ce qui permet de faire respecter les interdictions sur tous les types de routes! Comme les contrôles disparaissent, les limitations ne sont plus respectées, ce qui amoindrit fortement l’efficacité du 80 km/h. C’est une spirale infernale de mensonges.

  5. Les gilets jaunes agressent les journalistes, bloquent les journaux quand la ligne éditoriale ne leur convient pas. Etre de bonne foi, c’est accepter de se remettre en question quand une démonstration intellectuelle est cohérente et sensée, appuyés par des faits concrets. Nier le droit à la contradiction pour s’affirmer seul détenteur de la vérité sur la seule base de son ressenti personnel, c’est forcément être de mauvaise foi puisque l’on sait que l’on peut avoir tort mais qu’on en refuse même l’idée. 

Abandonner une mesure qui fonctionne et économise des centaines de vies et milliards d’€ car les opposants sont convaincus par des études bidonnées par des lobbys. C’est comme si on abandonnait la vaccination pour s’en remettre aux marabouts qui vivent de la crédulité des villageois

Hervé Dizy

Imprimer cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »