80 km/h: pourquoi tant d’incompréhension?

La sécurité routière c’est particulièrement ingrat: des centaines milliers de vies ont été sauvées depuis 1973 (le nombre de tués par milliard de km parcourus a été divisé par 15 en 45 ans), mais la plupart du temps les miraculés n’en savent rien car le danger a été écarté. C’est comme si on installait un parapet de plus en plus haut sur le bord d’une falaise pour éviter les chutes dans le vide, les grincheux ne voient plus le danger mais se plaignent que cela gâche la vue.

 

Bref il ne faut pas s’attendre à des compliments mais plutôt à n’essuyer que des critiques.

 

 

En 2016, l’insécurité routière à coûté à la Nation près de 50 milliards d’euros (source ONISR), la mesure du 80 km/h va permettre d’économiser environ 400 vies mais aussi 4,85 milliards d’euros (voir site de la Ligue contre la violence routière). Et les grincheux s’offusquent des quelques millions d’euros pour les panneaux ou la communication. L’économie en carburant sera plus importante (10 à 15%) réduisant en même temps la production de polluants et l’impact de ceux-ci sur la santé de nos concitoyens (un coût énorme).

Bref le 80 km/h c’est bon pour notre balance commerciale, la santé tout en permettant de respecter les accords de Paris pour le climat (où nous sommes à la traîne).

Pour ajouter à la cacophonie des râleurs, les oppositions politiques en mal de vrais programmes instrumentalisent la « colère » en espérant des gains politiques à court terme. C’est minable. Que demandent-ils? Que l’on ne fasse rien de décisif, que l’on fasse comme Hollande et Cazeneuve qui, par manque de courage politique, ont repoussé la mesure du 80 km/h préconisée par les experts en 2013. Nous avons perdu 5 ans à cause d’eux. Si nous écoutons les élus réfractaires au 80 km/h nous perdrons encore du temps mais surtout des milliers de vies, des dizaines de milliers de blessés seront hospitalisés, des dizaines de milliards d’euros seront gaspillés.

La communication gouvernementale a tardé, trop tardé car elle a laissé le champs libre à la désinformation qui s’est bien ancrée dans les esprits. Des groupes de pression malveillants ont diffusé des « études » complètement fausses, celle sur le Danemark qui aurait fait baisser la mortalité en  augmentant à 90 km/h la limitation alors que cela ne correspondait qu’à un essai sur 80 km d’une spécialement aménagée pour la vitesse, celle sur l’expérimentation de Cazeneuve où les chiffres et les dates ont été contrefaits. Il y a aussi la fronde des élus locaux sur fond de Chouannerie anti jacobine prétendant défendre la ruralité alors que cette mesure va justement préserver les ruraux qui sont plus à même de mourir sur les routes. C’est la confrontation de la Science et de l’Empirisme, du danger mesuré par les statistiques et du faux sentiment de sécurité sur les belles routes dans les salons roulants que sont devenus les véhicules. La Ligue a justement demandé au Pr Claude Got de mener une étude sur ces belles routes secondaires, 50% des morts se concentrent sur environ 15% des kilomètres de routes sans séparation centrale très fréquentées. Le surrisque induit par la vitesse que l’on peut atteindre dans les sections rectilignes est multiplié par la fréquence de passage, ce qui explique cette concentration. En abaissant uniformément la limitation à 80 km/h, le risque va diminuer selon la règle de Nilsson-Elvik 1% de vitesse moyenne en moins fait baisser la mortalité de 4%. Ce qu’il fallat démontrer.

Imprimer cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »