Bon réveillon, meilleurs voeux pour 2018! Attention les éthylotests ne sont pas tous fiables, les éthylotests chimiques sont proscrits depuis 2002!

Nous vous présentons nos meilleurs voeux pour 2018.

Nous sommes stupéfaits d’entendre des personnes encore préconiser l’utilisation d’éthylotests chimiques qui ne sont pas fiables (très fort taux de « faux négatifs » qui encouragerait à boire davantage alors que le taux légal est en réalité dépassé), 60 millions de consommateurs montrait dans une étude que plus de la moitié des dispositifs donnaient de faux résultats. La norme NF attribuée après expérimentation en laboratoire ne correspond pas aux conditions d’utilisation réelles du test, la plupart du temps de nuit, rendant « quasi impossible une bonne lecture de la limite entre le vert et le jaune », selon les dires de nombreux agents chargés des contrôles d’alcoolémie. Le dichromate de potassium K2Cr2O(jaune-orangé) est toxique, lorsque l’haleine chargée d’alcool se combine au dichromate de potassium, celui-ci se transforme en chrome III de couleur verte. Il aurait fallu créer une filière de recyclage de ces alcootests. Dès décembre 2002, le CISR (Comité interministériel de sécurité routière) avait déjà demandé que les conducteurs soient soumis aux éthylotests électroniques, il fallait abandonner les éthylotests chimiques, 15 ans plus tard on en vend encore!

Quant aux éthylotests électroniques, certains sont fiables (là aussi plus de la moitié des marques sont à proscrire, ce ne sont que des gadgets), ils doivent être calibrés chaque année, le coût de révision étant prohibitif, il vaut mieux en acheter un neuf.

Il vaut mieux s’en tenir à une risque simple 1 verre maximum pour une femme de 60kg, 2 verres maximum pour les hommes de 80kg. Certains se souviennent que le foie va dégrader 0,10 à 0,15 g/L de sang chaque heure, mais le foie ne commence à éliminer qu’une heure après la dernière ingestion d’alcool. C’est un peu comme si vous faisiez le ménage et que vous vous donniez comme règle d’attendre une heure après le départ du dernier invité pour faire le ménage  pour être certain que personne ne vienne ajouter des déchets et ne pas devoir repasser là où vous aviez déjà nettoyé. Il est recommandé de prendre des dispositions pour le retour (conducteur désigné qui restera sobre) ou de s’arranger pour dormir sur place pour cuver son alcool.


lire le site de 60 millions de consommateurs

article du 31/12/2012
Éthylotests : obligatoires, mais pas plus fiables qu’auparavant !

Notre nouvel essai d’alcootests chimiques et électroniques met en évidence le manque de fiabilité de plusieurs dispositifs. Et notamment du modèle Redline, qui porte pourtant la marque NF éthylotests.

Le 21 décembre, la Répression des fraudes annonçait le retrait du marché de quatre modèles d’éthylotests chimiques et électroniques non conformes. Pour autant, le grand ménage devra se poursuivre après l’annonce des résultats de notre nouveau test.

Nous avons évalué neuf modèles en laboratoire, à l’aide d’un banc de vérification qui délivre des souffles alcooliques, simulant 120 souffles pour chaque appareil. Le constat est rigoureusement le même que lors de nos essais de 2006 et 2010 : les éthylotests, désormais obligatoires, ne sont toujours pas fiables.

Un seul « ballon » tire son épingle du jeu

Les deux modèles chimiques que nous avons testés portent la « marque NF », le logo officiel de qualité délivré par l’Association française de normalisation (Afnor). Pourtant, un seul se révèle fiable : celui de Contralco. Comme en 2010, il passe l’épreuve avec succès, n’affichant aucun faux négatif (sous-évaluation de la dose d’alcool) et seulement quelques faux positifs (surévaluation de la dose).

Son concurrent Redline, lui, chute à nouveau. Il a affiché à plusieurs reprises des faux négatifs. En clair : il n’a pas indiqué que la limite autorisée était franchie. Avec le risque de laisser croire, à tort, que l’on peut prendre le volant.

Appareils électroniques : gaffe aux gadgets !

Sur les sept éthylotests électroniques de notre essai, trois portent la marque NF ; cette fois, tous sont fiables. En revanche, les quatre autres appareils sont disqualifiés, trois d’entre eux n’étant ni plus ni moins que des gadgets. D’ailleurs, l’un d’eux fait partie des modèles retirés par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

Nous souhaitons que les autres produits défectueux soient également retirés du marché, de même que le Redline. Nous avons alerté la DGCCRF à ce sujet, et signalé à l’Afnor les lacunes de la marque NF éthylotests.

Dans un contexte déjà chahuté

Ces résultats interviennent dans un contexte déjà très chahuté. Un décret impose à tous les conducteurs de posséder un éthylotest depuis le 1er juillet 2012. Avant même la parution du texte, on a assisté à une profusion d’offres plus ou moins douteuses sur Internet (lire notre article du 11 octobre). On a ensuite connu une véritable pénurie d’alcootests chimiques pendant l’été, et une hausse des prix (lire notre article du 4 juillet). Vendus autour de 1 € fin 2011, ces éthylotests à usage unique sont désormais plutôt à 2 €… et parfois beaucoup plus.

Le ministre de l’intérieur a tenu compte de ces difficultés et reporté au 1er mars 2013 le début de la verbalisation des contrevenants. Il a également souhaité mettre ce délai à profit pour réévaluer l’intérêt de l’obligation. Le Conseil national de la sécurité routière a été réactivé fin novembre, notamment pour s’occuper de ce sujet. Un grand coup de balai s’impose en tout cas pour permettre aux conducteurs de s’équiper correctement.

Imprimer cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »