L’avocat anti-PV dans le radar des autorités

Le Parisien 27/12/2017

La fin d’un filon ? Avec son site Internet, Me Dufour promet de contester nos contraventions à notre place. Mais l’administration contre-attaque.

lien vers l’article dans Le Parisien

L’avocat antiradars serait-il dans le viseur du ministère de l’Intérieur ? Il y a un an, Me Sébastien Dufour a créé EasyRad, un site Internet pour faire sauter nos PV à notre place ; aujourd’hui, il fulmine. Depuis quelques semaines, ses clients reçoivent un courrier de l’officier du ministère public (OMP) de Rennes (Ille-et-Vilaine) expliquant que ce site est illégal. Dans la foulée, les OMP de Rambouillet et de Grenoble ont adressé le même message à certains utilisateurs du site.

Il faut dire qu’EasyRad et Me Dufour ont de quoi irriter l’administration. « Les gens n’osent pas contester leurs amendes parce qu’ils étaient au volant. Mais ce n’est pas la question ! balance-t-il sans complexe. 75 % des radars flashent par l’arrière et ne permettent pas d’identifier le conducteur. Or, sans l’identité du conducteur, on ne peut lui retirer des points. » C’est en partant de cette faille que l’avocat a créé son outil numérique.

Dans les faits, la petite équipe du site EasyRad génère des courriers types qu’elle envoie ensuite à l’Antai (Agence nationale de traitement automatisé des infractions) qui gère les amendes des radars pour tout le territoire. Il en coûte 54 euros aux automobilistes, auxquels s’ajoute le prix de la consignation : 68 euros ou 135 euros. Le plus souvent, l’Etat finit par encaisser la consignation mais renonce à retirer les points.

16 millions de PV par radars en 2016

Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière, dénonce cet outil : « Un automobiliste peut agir seul et gratuitement sur le site de l’Antai, dit-il. Dans ce système, une seule personne est gagnante, c’est l’avocat ! »

Après douze mois d’EasyRad, Sébastien Dufour revendique, lui, plus de 13 000 contestations. Il s’enorgueillit : « J’ai permis de sauver plus de 22 000 points ». Des résultats qui restent modestes alors que les radars ont généré 16 millions de PV en 2016, dont 1,4 % seulement ont été contestés ! « Comment expliquer qu’après autant de victoires ma procédure soit attaquée ? » s’énerve aujourd’hui l’avocat. Les lettres frappées de l’en-tête officiel « République française » contestant la légalité de son site précisent « qu’aucune contestation par un tiers n’est recevable ». Le courrier fait référence à un arrêt concernant la mère d’un automobiliste qui ne pouvait effectivement pas agir pour le compte de son fils mais cela n’a rien à voir avec le cas d’un avocat qui représente ses clients. Dans les lettres reçues par les utilisateurs d’EasyRad, on peut aussi lire : « Une personne se fait passer pour votre avocat. » « Des propos hallucinants » pour Me Dufour qui brandit un courrier du bâtonnier de Paris indiquant : « Nul ne peut contester votre mandat sauf à m’en saisir. »

In fine, il s’agit sans doute d’un agent rennais agacé qui interprète la loi plutôt que de consignes venues de l’Intérieur. Les mêmes arguments sont repris depuis les Yvelines et l’Isère parce que les OMP partagent leurs trucs et astuces sur un forum. Me Dufour, pas dans la demi-mesure, promet de « pister l’agent à l’origine de ces attaques pour le faire passer devant les tribunaux ». La tâche promet d’être ardue, sachant que l’identité des OMP est confidentielle.

print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »