Calaisis: Un mort dans un accident provoqué par un barrage de migrants sur l’A16

Il y a eu cinq barrages depuis trois semaines dans le Calaisis, sur l’A16 ou la rocade portuaire. Les migrants veulent monter dans les camions à destination de la Grande Bretagne, ils veulent bloquer les camions pour pouvoir monter dans les remorques. Les routiers sont sous une pression intolérable, ils doivent éviter les migrants qui se regroupent sur les bandes d’arrêts d’urgence, lançant des projectiles. Un migrant a déjà été tué par un conducteur anglais en octobre 2016 lire l’article
http://www.lavoixdunord.fr/180737/article/2017-06-20/un-mort-dans-un-accident-provoque-par-un-barrage-de-migrants-sur-l-a16

Un accident provoqué par un barrage de troncs d’arbres installé par des migrants a fait un mort sur l’A16, à Guemps, ce mardi matin vers 3h45. C’est la première fois qu’un conducteur est tué suite à l’installation d’un barrage de ce type.

L’accident entre un camion et une camionnette, qui a fait une victime, s’est produit ce mardi matin sur l’A16 vers 3 h 45. Deux camions ont freiné pour tenter d’éviter un barrage posé par des migrants.

Une camionnette, qui roulait derrière, a percuté l’un des poids-lourds bloqué par le barrage et a pris feu.

Le chauffeur de la camionnette, une Renault Master immatriculée en Pologne, est décédé. Son identité n’est pas connue pour le moment.

C’est la première fois qu’un conducteur décède suite à la pose d’un barrage par des migrants.

Selon le sous-préfet du Pas-de-Calais Vincent Berton, arrivé sur place tôt ce mardi matin, il y a eu cinq barrages depuis trois semaines dans le Calaisis, sur l’A16 ou la rocade portuaire. Dans la nuit de dimanche à lundi, un barrage avait déjà été installé sur la même zone.

Le sous-préfet du Pas-de-Calais a précisé que ce nombre de barrages était bien inférieur à celui de l’année dernière, au moment de la jungle, où des barrages étaient installés toutes les nuits sur l’autoroute par des migrants. «  C’est une action irresponsable et dangereuse  », a-t-il affirmé. Selon lui, le barrage aurait été posé par quelques dizaines de personnes. Une enquête judiciaire a été ouverte.

 
France 3:
Neuf migrants de nationalité érythréenne ont été interpellés dans l’un des poids lourds bloqués par le barrage et placés en garde à vue. De source policière, ils sont poursuivis pour « homicide involontaire », « entrave à la circulation » et « mise en danger de la vie d’autrui ». La PJ a été saisie de l’affaire.

L’autoroute a alors été fermée et une déviation a été mise en place, qui était saturée tôt mardi matin. Elle a rouvert à 07H00, sur une file dans le sens Dunkerque-Calais, après que le corps du chauffeur et le premier poids-lourd ont été dégagés. La circulation a été rétablie depuis plus longtemps dans l’autre sens.

Le retour des migrants

L’installation de barrages artisanaux dans le Calaisis, principalement la nuit, par des migrants désespérés afin de ralentir des camions en partance pour l’Angleterre et de tenter de se cacher à l’intérieur, était quasi-quotidienne lorsque la « Jungle », qui s’était formé au printemps 2015, dans la foulée d’un retour d’une forte présence de migrants en 2014, existait encore.

Cette pratique avait cessé avec le démantèlement du bidonville en octobre 2016, mais elle a progressivement repris depuis fin mai et le retour marqué des migrants dans le Calaisis. Alors qu’ils étaient principalement érigés sur la rocade portuaire du temps de la « Jungle », désormais ultra-sécurisée, ils sont aujourd’hui cependant pour l’essentiel concentrés sur l’autoroute.

print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »