Le Pr Claude Got et Claudine Perez Diaz ont démissionné du CNSR en mars 2015.


Claude Got: M. Cazeneuve a ridiculisé le CNSR en annonçant sa décision, avant d’avoir entendu le rapport qui devait lui être présenté.
M. Got estime que le président du CNSR « aurait dû réagir », ce qui « n’a pas été le cas ». De ce fait, pense-t-il, « le CNSR ne sait pas se faire respecter » et « il ne sert à rien ».
source:http://www.lemonde.fr/%E2%80%A6/demission-de-deux-experts-de-la-sec

par Rafaële Rivais
Ils avaient manifestement et malheureusement raison. La suffisance, l’arrogance, le refus de reconnaître ses erreurs, l’incompétence du ministre qui sait mieux que les experts ont eu pour conséquence les morts prématurées de plus de 300 personnes qui auraient été économisées si la mesure phare du CNSR avait été prise: la baisse de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires sans séparation centrale.
Analyse du bilan de juillet 2016 par la ligue contre la violence routière.
Il faut souligner que ce chiffre de 352 tués sur nos routes en juillet 2016 n’est qu’une estimation provisoire obtenue par extrapolation afin de compenser les décès sous 30 jours et les écarts entre les remontées rapides et les données définitives. Compte tenu de cette incertitude, nous considérons que ce mois de juillet 2016 est aussi meurtrier que le mois de juillet 2015 qui avait connu une augmentation de 16,9%.
Pendant les 7 premiers mois de cette année, il y a 28 tués de plus que pendant les 7 premiers mois de l’an dernier !
Avec 3489 tués durant ces 12 derniers mois, soit 221 tués de plus que pendant toute l’année 2013 (+6,8%), la situation est désespérante.
Depuis fin mars 2014, après 4 mois de vacance à la tête de la sécurité routière et l’arrivée de l’actuel ministre de l’Intérieur, il n’y a plus aucun progrès. Même si le ministre a d’autres dossiers à traiter, il ne doit pas oublier que l’insécurité routière c’est 10 morts et 70 blessés graves chaque jour. Ses incantations politiquement
correctes ne sont pas la réponse à la gravité de la situation, il doit enfin affronter les lobbys et décider l’abaissement de 90 à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sur le réseau à chaussées non séparées :
plus de 300 vies auraient été sauvées ces 12 derniers mois si le ministre avait eu l’humilité d’écouter les experts du Conseil National de la Sécurité Routière
Quand Monsieur Cazeneuve accepte ces 300 morts, il n’assure plus la sécurité sur nos routes.

Imprimer cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *